Pourquoi rouler en vélo électrique ? 

Le VAE ou vélo électrique est populaire depuis maintenant quelques années. De plus en plus perfectionné, le vélo électrique est dorénavant facilement rechargeable, peu encombrant et particulièrement appréciable pour les longs trajets ou sur les routes vallonnées. Petit tour d’horizon des avantages du vélo électrique.

Parce que le vélo électrique permet de rouler sans efforts

Rouler à vélo, c’est prendre l’air, se promener, se ressourcer, et éviter de stagner dans les bouchons ou de tourner pour trouver une place de stationnement. Enfourcher son vélo en haut d’une côte, dans un quartier agréable ou après une longue journée permet de s’apaiser et d’oublier les tracas du quotidien et le stress du travail.

« (…) c’est un incroyable sas de décompression après le travail(…) Un vrai bonheur ! (…) À la maison, j’arrive apaisé et je suis plus serein. » Un cycliste ravi (source)

Seulement, parfois les trajets à vélo peuvent devenir pénibles, notamment lors de l’ascension d’une côte. Qu’il s’agisse d’un fort dénivelé comme d’un faux plat, une route peut rapidement transformer cette balade de santé en un moment désagréable et physiquement difficile.

Le vélo électrique est l’alternative idéale au vélo classique puisqu’il offre une assistance à plat et dans les pentes et les côtes. Le vélo électrique peut rouler jusqu’à 25 km/heure avec une vitesse de croisière entre 15 et 20 km/heure. Il s’agit plus précisément d’un vélo à assistance électrique, qui permet au cycliste de rouler sans transpirer ou se fatiguer.

Un vélo électrique pour aller au bureau à vélo

Le vélotaff est une pratique mêlant bien-être et utilité. Il permet d’éviter les bouchons et de prendre l’air en allant au travail et en rentrant chez soi une fois la journée terminée. Seulement, il est difficile d’imaginer arriver en costume ruisselant de sueur. C’est pourquoi le vélo à assistance électrique est une alternative plutôt pratique et confortable permettant de rouler en toutes circonstances, et même pour se rendre à un rendez-vous important. Last but not least, le vélotaff permet d’arriver au travail à l’heure, sans dépendre des transports en commun !

Je dois me rendre à Paris dans le XIIIe arrondissement depuis Châtillon (Hauts-de-Seine) (…). Avec les transports en commun, j’en ai pour cinquante minutes. Avec un vélo électrique, selon les estimations, je diminue de vingt minutes mon temps de trajet. Et à la différence des transports en commun, j’ai la garantie de maîtriser mon temps ! Une jeune cycliste (source)

Pour rouler à tout âge

Le vélo électrique c’est également la possibilité d’utiliser la petite reine à tout âge. A un moment donné de la vie, il devient difficile de conjuguer quotidien et activité physique et malheureusement, l’utilisation du vélo devient un doux souvenir. C’était sans compter le vélo électrique qui permet désormais aux personnes âgées ou souffrant de douleurs chroniques de se déplacer sans effort substantiel.

Parce le vélo électrique est économique

Si l’on remplace rarement son abonnement aux transports en commun ou même son véhicule par un vélo, il est en revanche plus courant d’opter définitivement pour le VAE. En effet, le vélo “simple” ne saurait constituer un moyen de transport totalement fiable et permanent pour nombre d’entre nous : peur des trajets à rallonge ou de devoir emprunter un chemin trop vallonné. En revanche, le vélo à assistance électrique offre une grande latitude qui séduit bien souvent les utilisateurs de transports en commun. A raison !

Remplacer son 2e véhicule par un vélo électrique

Avec une vitesse de 25 km/heure, le vélo électrique peut facilement se substituer à la 2e voiture ou à l’abonnement de transports en commun. Si les frais économisés sur les transports en commun peuvent être intéressants (entre 20 et 70€ selon les forfaits et les agglomérations), ceux qui sont économisés sur une auto sont conséquents. On compte en effet le prix de la voiture, du carburant et le montant de l’assurance; et cela équivaut bien souvent à une bonne centaine d’euros au bas mot.

« On a revendu la deuxième voiture du foyer (…) J’économise 150 euros par mois entre les assurances et les carburants sans compter les imprévus. » Le même cycliste ravi (source)

Ils sont soumis à l’indemnité kilométrique

Certains employeurs versent une indemnité kilométrique aux collaborateurs se rendant au travail à vélo, afin de promouvoir l’éco-mobilité. Plafonnée à 0,25€ du kilomètre, l’indemnité vélo est plutôt intéressante. Imaginez donc parcourir 10 kilomètres aller et 10 kilomètres retour, on obtient 20 kilomètres quotidiens, correspondant eux-mêmes à 5€. Bon à savoir : les 600 premiers € perçus de cette indemnité kilométrique ne sont pas imposables.

Leur recharge ne coûte rien

FAUX. Elle coûte en réalité moins de 10 centimes d’euros. La recharge complète d’une batterie de vélo électrique coûte entre 0,012€ et 0,057€. Une bagatelle en comparaison d’un plein de gasoil à 2€ le litre.

Parce que le vélo électrique ne pollue pas

Le vélo électrique, au contraire de la voiture électrique, est un moyen de transport propre. C’est-à-dire que son rejet de carbone est quasiment inexistant. Saviez-vous que le transport routier est responsable de 16% des gaz à effet de serre en France ? Cela peut sembler peu, mais si nous parvenions à réduire cette empreinte carbone, la planète ne s’en porterait que mieux. Et ne dit-on pas que charité bien ordonnée commence par soi-même ?

Cette dernière pollution, émise par les véhicules de tourisme (les véhicules des particuliers donc), a augmenté de 30% en 20 ans seulement, malgré les mesures qui ont été prises en faveur de l’écologie. Tout cela pour une voiture que l’on utilise pour deux trajets quotidiens. (Données recueillies sur The Freaks.fr)

Les VAE sont écologiques et donc acceptés dans tous les centre-villes

Déjà en place à Paris et prochainement en place dans de nombreuses agglomérations de France, le plan d’éco-mobilité, visant à écarter les véhicules trop polluants, interdit tout simplement à certains d’entre eux de circuler et de stationner. Cela représente pour certains l’obligation de changer de véhicule, impliquant ainsi de lourds frais. Et si pour l’instant cette mesure touche essentiellement les véhicules anciens, d’ici 2025, elle touchera de nombreuses automobile et grand nombre d’entre nous seront contraints de s’acquitter d’un nouveau crédit auto afin de pouvoir circuler. Sauf si…on opte pour le vélo à assistance électrique, qui de toute façon est bien plus pratique en centre-ville.

Un plaisir pour les grandes agglomérations

Vous souvenez-vous de ce traiteur délicieux auquel vous ne vous rendez plus faute de stationnement ? De ces charmantes boutiques qui n’appartiennent pas aux chaînes que l’on trouve en zones commerciales ? De ces ruelles escarpées et bucoliques que vous preniez plaisir à arpenter ? Nombre de centre-villes sont désertés à cause de l’accessibilité rendue bien difficile en voiture. Adopter le VAE, c’est renouer avec sa ville et redécouvrir un dynamisme que l’on avait perdu, pour se cantonner aux zones les plus facilement accessibles avec de nombreuses places de parking.

Les questions et inquiétudes les plus courantes

Le changement des habitudes ne va pas sans questionnements existentiels. Nous avons tous grandi avec une voiture à disposition et chevaucher son vélo électrique n’est pas encore devenu un réflexe. United Cruiser tord le cou aux idées reçues.

Je ne peux pas faire mes courses en roulant avec un vélo électrique

Sac à dos, sacoches et porte-bagages sont vos meilleurs amis. Un vélo électrique suffit amplement pour transporter vos courses hebdomadaires, il suffit juste d’un peu d’organisation. United Cruiser conçoit des vélos sur-mesure adaptés à chacun : faites part de vos projets lors de la commande et des solutions vous seront proposées pour transporter tout ce dont vous avez besoin. Notre astuce : les vélos cargos ne sont pas seulement conçus pour les enfants, on peut aussi les utiliser pour circuler avec des charges moyennes à lourdes.

Je n’aurai jamais suffisamment de batterie pour faire mes courses et rentrer chez moi

Si les batteries des tout premiers vélos à assistance électrique ne disposaient pas d’une autonomie très développée, il en est tout autrement avec les modèles actuels. Une capacité moyenne de  200 Wh à 400 Wh permet de disposer d’une autonomie allant de 30 km à 60 km. Une capacité plus élevée de 600 Wh à 800 Wh fournit entre 90 et 120 km d’autonomie. Enfin, on compte également les systèmes Dual Battery permettant de doubler ces capacités respectives. Réaliser différents allers-retours au travail, à l’école des enfants et en centre-ville en une seule charge est donc tout à fait possible !

Capacité de la batterie

Autonomie

200 Wh – 400 Wh

30 à 60 km

600 Wh – 800 Wh

90 à 120 km

Dual Battery

Autonomie initiale doublée

Un vélo électrique, ça coûte trop cher

Il existe bien sûr différentes gammes de vélos électriques à différents prix. Cela étant, les constructeurs de vélos électriques responsables et locaux comme United Cruiser proposent des produits qualitatifs au prix juste. Les vélos électriques United Cruiser sont garantis et sont donc robustes, avec un atelier de réparation situé en France, en cas de problème. Vous changerez moins vite de VAE que de voiture (notamment d’ici 2025 où de nombreux véhicules ne pourront plus circuler, ni stationner dans les grandes agglomérations françaises).

Enfin, si l’on déduit le prix d’un plein d’essence (d’une centaine d’euros selon les modèles de voitures) du budget annuel d’un foyer, on obtient rapidement le budget pour s’offrir un vélo électrique, rentabilisé en une année, voire en quelques mois selon les trajets quotidiens parcourus. Si en plus, on décide de se passer de sa voiture au profit du vélo à assistance électrique, on économise le prix de l’assurance : une économie substantielle en somme !

J’ai trop peur de me faire voler mon vélo électrique

Outre les antivols de plus en plus robustes, et les trackeurs qui permettent de localiser un vélo à distance depuis son smartphone, il existe également des assurances dignes de ce nom qui permettent aux cyclistes de dormir sur leurs deux oreilles. Par exemple, l’assurance Sharelock, pour ne citer qu’elle, permet de se faire rembourser son vélo sous 48 heures en cas de vol et certaines options incluent même la prise en charge des accessoires. Vous ne stresserez plus à l’idée d’attacher votre vélo en centre-ville le temps de retrouver vos amis !

Panier
Retour haut de page